Une action au service des Femmes !

Mis en avant

"L'Emprise" est le film diffusé le 26/01/2015 sur TF1, d'après l'histoire authentique d'Alexandra Lange, acquittée en mars 2012 après l'assassinat de son mari.

« L’Emprise » est le film diffusé le 26/01/2015 sur TF1, d’après l’histoire authentique d’Alexandra Lange, acquittée en mars 2012 après l’assassinat de son mari.

Mercredi 28 Janvier 2015, nous avons rendez-vous avec Marie Bossard, juriste au CIDFF (Centre d’Information sur le Droit des Femmes et de la Famille), afin qu’elle nous présente son travail au sein de l’Association.

Dans un premier temps, Madame Bossard nous a expliqué son parcours scolaire : avant d’assurer les permanences au sein du CIDFF, elle a suivi un cursus universitaire classique. Titulaire d’un Baccalauréat S, elle a obtenu une licence en Droit privé puis un Master 1 dans le domaine du Droit et du Patrimoine Familial. Elle a choisi pour finir de se spécialiser dans le Droit et la Protection des Personnes Vulnérables (Master 2).

Rencontre avec Madame Bossard au CIDFF.

Nous nous sommes donc entretenues longuement sur le problème des femmes battues : notre interlocutrice nous a expliqué en détails quelles étaient ses missions dans le cadre du CIDFF. Cette association qui est née dans le contexte de Mai 68, est avant tout un lieu ressources pour accompagner les femmes en détresse. Il peut s’agir de leur offrir une écoute psychologique, les accompagner dans leur insertion professionnelle ou bien encore leur apporter une information juridique. Le plus souvent, cet accompagnement se fait sur la base d’entretiens individuels mais il est possible également d’organiser des ateliers collectifs pour sensibiliser le public sur le thème des violences conjugales.

Madame Bossard a souhaité souligner que les violences ne se résumaient pas toujours aux violences physiques. C’est évidemment l’aspect le plus visible mais il existe de nombreuses violences plus insidieuses telles que la violence psychologique, la violence financière, la violence sexuelle ou encore la violence administrative. Quelle que soit la nature de la violence exercée contre les femmes, elles reproduisent souvent le même cycle :

shema-cycle-violenceL’enjeu de ce cycle, est de montrer la stratégie de l’auteur des violences : le but est de surveiller la femme, de l’isoler et de l’humilier. Cet outil permet donc d’aider les femmes à se rendre compte de ce qu’elles subissent au quotidien. Quoi qu’il en soit, le rôle du CIDFF, n’est pas de décider à la place de la victime : même si selon Madame Bossard, il est parfois frustrant de voir une victime retourner au domicile, après des violences subies, il est essentiel que ce soit elle, qui garde le contrôle du processus de décision. Il faut attendre qu’elle prenne conscience par elle-même, de la situation.

Au final, il peut être utile de rappeler quelques conseils aux femmes qui se retrouvent confrontées à des violences quelles qu’elles soient : penser à faire des photocopies de tous vos papiers pour vous constituer un dossier de sauvegarde et prévoir un bagage de 1ère nécessité dans un endroit connu de vous seule, afin de ne pas vous retrouver totalement démunie, le jour où vous choisirez de quitter votre conjoint. Enfin, composez le 3919 : c’est le numéro d’urgence qui permettra d’établir la gravité de la situation et vous redirigera vers les services compétents, en fonction de vos besoins.

Rencontre au Centre culturel du Lièvre d'Or.

Nous souhaitons exprimer nos remerciements à Madame Bossard, qui a gentiment accepté de nous consacrer du temps pour nous présenter son travail au sein du CIDFF. Merci également à Madame Ansard, qui a organisé cette rencontre.

Camille, Clémence, Courthney, Mélanie.

La découverte des chiens de traineau

Mis en avant

J’ai aimé apprendre à conduire les traîneaux et à pouvoir approcher les chiens avec les règles que Philippe nous a données comme : Ne pas crier, ne pas faire de geste brusque et ne pas s’approcher des chiens avec la paume de la main face à eux, cela peut signifier un geste de violence envers eux. Avant de conduire un attelage, nous devons faire connaissance avec les chiens et là seulement nous sommes autorisés à entrer dans le parc. Philippe fait les présentations, on sent l’anxiété de ces animaux nous prenant pour des étrangers. C’est le moment de s’approcher, de tendre correctement notre main et là, notre compagnon de quelques minutes se détend : l’adoption est faite !

Conduire un traîneau me faisait peur, j’étais crispée mais ensuite je m’y suis habitué et j’y ai pris goût donc j’étais vraiment très heureuse d’avoir pratiqué cette activité.

Conduite d’un attelage de chiens de traîneaux

Mis en avant

Allez, c’est parti pour conduire les chiens de traîneaux ! Petit stress quand même, mais super contentes!

Le moniteur nous a bien expliqué comment il fallait faire, il se moquait même de nous c’était rigolo ! Il nous à tous donné des surnoms comme « Gertrude » ou encore « Germaine » et « Josiane » et aussi Princesse, c’était assez drôle.

Enfin, nous montons sur les traîneaux pour commencer à les conduire, les chiens étaient super excités de partir. Le départ approche, quelques petites explications et nous voilà en route dans les buttes de neige. Tellement de stress, que l’une de nos camarades a couru derrière son traîneau, une autre est tombée mais plusieurs ont su échappé aux chutes dans les virages. Pour certaines élèves, c’était facile ; pour d’autres, c’était plus difficile ! Nous avons quand même profité des superbes paysages et du grand soleil !

L’arrivée approche, beaucoup de fous rire et de satisfaction d’avoir réalisé cette activité, sachant que nous n’aurons pas l’occasion de la refaire tout de suite.

Pour finir, nous partons dire au revoir aux chiens. Puis nous repartons vers les appartements en descendant par les télé-cabines. En résumé, nous avons toutes passées une excellente matinée !

 

Nolwen D. Fidéline B. Marie F.  Aurélie D.

Election de Miss et de Mister ORCIERES

Mis en avant

Le mercredi a eu lieu le concours de Miss/Mister Orcières, Nous sommes allés dans une salle à la piscine vers 21h. On s’est assis parterre et Mme Rey nous a expliqué comment allait se dérouler la soirée. Il y avait beaucoup de candidats, beaucoup étaient là pour s’amuser. J’ai trouvé cette veillée très amusante : les défilés des candidats autant pour les filles que pour les garçons.

Anouar était vraiment marrant, les autres aussi d’ailleurs, des questions on été posées aux candidats, par exemple il a été demandé : Quel est le nom de l’énergie produite par l’eau ? La réponse donnée fut ‘’Hydrogène’’ à la place de : Hydraulique. Beaucoup d’autres erreurs comme celle-ci, toujours aussi amusantes. Pour ne pas dire plus. Guilliann était vraiment marrant, il faisait des signes étranges au public. De plus il était déguisé en Hibou. Ensuite les candidats se sont présentés. Anouar parlait avec un accent Mexicain et disait des idioties.

Anouar testé par Madame Rey.

Anouar testé par Madame Rey.

Nous avons dû attendre le temps de la délibération du Jury, Pour passer le temps, nous avons joué avec les candidats en posant des questions de culture générale.

Après cette attente, un suspense s’est installé, les gagnants sont :

Miss Orcières : Fidéline Beloncle

Mister Orcières :  Hermes Maréchal

Belle soirée souvenir !

Emmanuel Dufay

Les derniers évènements

Mis en avant

Quelques souvenirs d’Orcières : ils ont osé se lancer sur la plus grande tyrolienne d’Europe, et par chance, le beau temps, indispensable pour cette activité était de la partie !

Mon premier vol en tyrolienne

Aujourd’hui, jeudi, je suis monté tout en haut de la montagne pour pouvoir faire la descente en tyrolienne ; un vol de moins de deux minutes à une vitesse de 140 km/h sur une distance de 1,8 km pendant lequel on a vraiment l’impression de voler au grand air. Le seul problème est qu’avec le paysage enneigé, on ne se rend pas bien compte du relief des montagnes qui sont en dessous. Bien sûr, l’adrénaline est au rendez-vous, même avant de partir car on doit attendre avant de démarrer en étant à moitié dans le vide. J’ai vraiment eu l’impression d’être un oiseau pendant ce vol.

 

Guillaume T

Sensations en tyrolienne.

Mis en avant

Nous sommes parties avec Madame SACLIER pour faire la tyrolienne. Nous avons donc pris la télécabine pour monter jusqu’à la piste verte. Ensuite, nous avons pris un télésiège : nous avions très peur car c’était la première fois qu’on le prenait. Nous avons été impressionnées par le paysage mais aussi par la hauteur, ce qui ne nous a pas empêchées de prendre quelques selfies pour marquer l’évènement.

Vue du domaine d'Orcières Merlette

Vue du domaine d’Orcières Merlette

Arrivées à la tyrolienne, nous sommes allées prendre quelques photos en attendant Madame SACLIER, puis nous sommes allées dans le local où nous avons été équipées. La personne nous a donné les consignes et expliqué une par une. Nous avons dû préciser notre poids afin que le monsieur nous installe sur le câble. C’est lorsque nous nous sommes retrouvées en position allongée, que nous avons pris conscience du vide et de la vitesse (c’est la plus grande tyrolienne d’Europe avec ses 120 m de vide et ses 120 km de pointe). Le monsieur nous a dit bon vol et c’était parti !!!

La montagne, ça vous gagne !!!

La montagne, ça vous gagne !!!

Nous avons eu l’impression de voler : c’était vraiment super ! Les paysages étaient magnifiques ! Nous avons été vraiment contentes d’avoir vécu cette expérience et ces nouvelles sensations ! A l’arrivée, Madame LAINE nous attendait : quand tout le monde est arrivé, nous avons descendu la piste rouge à pied, le long des piquets. Puis à un moment, Chloé est tombée sur les fesses et a descendu la moitié de la piste rouge sur les fesses ! Quand on a vu ça, on s’est toute mise par terre et nous l’avons imité : c’était vraiment très drôle, nous avons vraiment bien rigolé. Nous avons terminé le reste de la piste sur les pieds puis nous avons mangé des sandwichs à côté du télésiège. Quand nous avons fini de manger, nous sommes descendues en télécabine et nous sommes rentrées à l’appartement.

C’était vraiment un super moment : nous avons bien rigolé et découvert de nouvelles sensations.

Mélanie A.

Ma première remontée mécanique en télécabine

Mis en avant

Le lundi, avec Léo, Theo, Clément, et Julien nous avons, pour la première fois, pris la télécabine. Au départ cela allait plutôt lentement ; puis plus on montait, plus c’était surprenant et impressionnant. A un moment, vers le milieu de la remontée, la cabine à ralenti et tout le monde se demanda ce qui se passait, puis la cabine à ré-accéléré. Léo fit une petite blague : « Eh ! C’est ici qu’il y a une cabine qui  est tombée la semaine dernière. » Clément rétorqua : « ah oui, regarde il y a un squelette la bas. » Pendant la redescente la vue était magnifique mais plutôt stupéfiante et impressionnante.

Guillaume T

DÉPART AU SKI

Mis en avant

On est monté dans le bus, les personnes sont restées calmes pendant 2 heures, mais après elles se sont réveillées. Alors on a mis l’enceinte avec de la musique des années 80. C’était plutôt sympa, en plus on était bien installé avec notre couette et nos gâteaux. On était tous au taquet pour partir au ski.

Puis on est arrivé dans les montagnes qui n’étaient pas complètement enneigées avec leurs vues magnifiques. On était encore plus au taquet. On est arrivé à l’immeuble tout impatient. On monte les marches avec notre valise, c’était trop dur. Mais ça en valait la peine car notre vue est magnifique, sur les montagnes même si il y a peu de neige, on a aussi un balcon.

Cet appartement est  vraiment génial, c’est comme si on vivait en colocation avec nos potes. On est parti manger, le bruit était horrible à supporter. Après notre séance d’essai du matériel de ski, on est monté tous fatigués donc on a dormi peu de temps après. On était pressé d’être le lendemain. Ce jour a été génial car on a beaucoup ri et on a surtout lâché prise sur notre quotidien.

 

 

 

On va passer une bonne semaine 

!

Marine P.

 

Cours de raquettes !

Mis en avant

Aujourd’hui, on est monté à 2 330m d’altitude avec les raquettes. On a appris à descendre sans glisser et à monter des pentes raides et pleines de verglas. On a tous surpassé nos limites. Les raquettes, c’est physique ! On était tous solidaires, on s’entraidait tous. On est une équipe.

SAMSUNG CAMERA PICTURES

Après tous ces efforts, le moniteur nous a offert un « pipi de chien de traîneau chaud » ( jus de pomme  à la cannelle).

Ça réchauffe et ça « rebouste » pour la suite de l’aventure. A nous les pentes et le beau temps ! A Orcières, on est déterminé et prêt à gravir les montagnes jusqu’au sommet !!!!

Maeva.p, Courthney, Celine.

Les premières gamelles

Aujourd’hui, première journée à Orcières. Les premières chutes ne se sont pas faites attendre, avec beaucoup de rires pour les spectateurs et même pour les « chuteurs« . Et les premières courbatures se sont fait sentir.

IMG_2086

On a pu constater qu’aux premières pistes certaines personnes ont progressé à vue de d’œil.

 Sous un super ciel bleu, on a pu découvrir les magnifiques paysages de la montagne. Malgré  le (petit) manque de neige, nous avons pu tous skier (et tomber) avec plaisir et le sourire.

En plus de la pratique de ski, un certain nombre de skieurs se sont initiés à la tyrolienne de la station. Plusieurs personnes ont voulu la faire pour connaître des sensations fortes mais certains ont  été déçus de cette activité en raison d’un manque de  ressenti  de la vitesse ou tout simplement par notre mentalité d’enfants gâtés ; mais le super paysage à remotivé les troupes, pour continuer nos  péripéties à la montagne.  Puis en attendant que tous les adeptes de tyrolienne soient au point de rendez-vous, certains  se sont retrouvés  dans l’enfance, en glissant les uns derrières les autres sur une pente de poudreuse puis une petite bataille de neige a commencé.

IMG_2092

Julie B.