Jeudi 16 janvier :

Madame Lainé est venue nous réveiller ce matin à 7H30 car aujourd’hui, j’avais l’épreuve de la flèche à passer. Je me suis levé, j’ai pris mon petit – déjeuner au restaurant et je suis monté me changer. Ensuite, je suis allé au pied des pistes. Axel était en retard donc nous sommes partis sans lui. Il y avait beaucoup de brouillard, nous avons alors été au slalom pour passer l’épreuve. On avait deux essais pour l’épreuve. Au premier, j’ai fait le temps de 29 secondes et j’ai eu la flèche de bronze. Au deuxième, j’ai loupé un virage donc le temps n’a pas été compté. Puis, dans la descente, j’ai fait une chute. Après, nous sommes rentrés manger. L’après – midi, nous sommes repartis skier avec Marie. J’ai servi de guide pour le groupe car on ne voyait rien sur les pistes. Il y a eu beaucoup de gamelles !

WILLIAM

Un remontée en tire-fesses inhabituelle

Alors, pour commencer, nous sommes montés en cabine pour aller sur les pistes plus hautes. Arrivés en haut, il fallait prendre le tire-fesses, il y avait un groupe de petits (6-7ans) et il y en avait un qui faisait des grimaces. Je suis monté sur le tire-fesses en même temps que lui, il continuait à me faire des grimaces, je lui en ai donc fait aussi mais à ce moment-là mon tire-fesse est parti. Je me suis accroché à lui et je ne l’ai pas lâché, j’ai donc monté toute la pente sur les fesses accrocher à mon tire-fesses avec le petit qui se fichait de moi, ainsi que mon moniteur et les personnes de mon groupe qui était éclatés de rire.-

 Tony C.

Ci-contre, une photo de Tony qui prouve qu’il sait prendre le tire-fesses. Nous aussi, en lisant l’arTony C.ticle, nous avons bien ri ! MD

Moments d’émotion

A la fin de notre séance de ski notre moniteur, nous a fait emprunter les télésièges pour rentrer à nos appartements, mais plus loin dans la descente le télésiège s’est arrêté d’un coup dans le vide. En s’arrêtant brusquement il s’est mis à se balancer brusquement. Sur le coup, cela a fait peur à tout le monde dans la cabine mais lorsqu’elle a arrêté de se balancer, nous avons rassuré les personnes qui étaient encore sous le choc. Après cette émotion forte, nous l’avons pris sous le coup de la rigolade. Puis le télésiège est reparti et nous avons repris nos esprits.

                                                                                                                  Jennifer et Meryl        

Journée de compétitions

Grosse journée qui commence pour nous. Aujourd’hui direction le petit déjeuner pour prendre des forces afin d’affronter les différentes épreuves qui nous attendent. Madame Lainé a donné rendez-vous à une partie de notre groupe afin de les emmener faire le repérage du parcours de la flèche, nous voilà donc séparé de Célia, Rose-Marie, Pauline, Julie et William. Pour nous autres, direction les pistes avec Marie comme guide. Petite halte par l’arrivée du slalom de la flèche afin d’encourager nos camarades. Nous voyons arriver Célia pour son deuxième passage et « bim » elle déguste la neige sur 20 mètres, j’espère que la poudreuse était bonne…Ensuite au tour de William, qui était déjà dans les temps de la flèche de bronze alors je le vois descendre à fond la caisse, le tout pour le tout, jusqu’au crash, mort de rire comme d’hab. Ensuite tout le monde redescend vers le bas de la station pour aller manger. La pause fut de courte durée, à notre tour de passer sous le jugement du moniteur Pierre pour tenter d’obtenir l’étoile de bronze ou l’étoile d’or. Nous récupérons Célia, Rose-Marie et Pauline. Célia avait faim, je pense, parce que pour manger la neige comme elle l’a fait, il fallait avoir les crocs. Même moi, « le skieur en carton », je ne suis pas tombé autant qu’elle MDR. Le moniteur nous montre la technique de la godille, passage obligé pour l’obtention des étoiles. Puis à notre tour de lui prouver que nous avions le niveau. Après plusieurs évaluations de sa part nous sommes rentrés en direction de nos appartements, bien fatigués mais heureux d’avoir tenté ces épreuves. Les résultats sont connus de Mme Lainé qui nous laisse languir jusqu’à demain, serait-ce une petite vengeance de sa part ?

                                                                                                                             Pierre Le Barbey

Une veillée réussie

Après le dîner de mardi, nous (les CAPA 1 A et B) avons organisé, avec l’aide Madame Rey, une veillée jeux.  Celle – ci a commencé par le jeu « trouvez l’objet ».  Les candidats devaient rapporter  par exemple une chaussure d’un professeur et se rasseoir le plus vite possible car le dernier était éliminé. Quelle ambiance et que de fous rires, surtout à la finale où Célia est tombée aux pieds de Alban, le vainqueur ! Le deuxième jeu : les chaises musicales fut tout aussi amusant et la finale très serrée : Amandine l’a emportée de justesse devant Salomé. Au radio crochet, plusieurs accompagnateurs ont participé : Madame Goussu, Madame Lainé et Marie. Le but étant de chanter un morceau de chanson dès que le candidat était sollicité par Marine Benoit, nous avons constaté que leur répertoire était impressionnant !  Ces dames ont bien résisté mais ont dû finalement s’incliner devant Geoffrey. Pour le « trouvez le titre et dansez dessus », Madame Dodin ne s’est pas démontée. Elle nous a bluffés ! Par contre, Gwendoline a tout de suite abandonné, c’est dommage ! Le jeu « le ballon à raser » dégénéra rapidement en bataille de mousse à raser sous la houlette de Pierre. Il a fallu calmer les esprits et arrêter la veillée, non pas à cause de cet incident, mais parce que la magnifique salle qui nous était prêtée gratuitement n’était pas disponible après 22 heures. Tous les jeux n’ont donc pu être menés. Cela en a arrangé quelques –uns comme le groupe de Florian qui n’avait pas son matériel …

Le temps a vite passé et la veillée fut bien drôle !SAMSUNG DIGITAL CAMERAPréparatifs

Anaïs Artigas, Nastasia Riouallen et Tiphaine Bouilly

Pierre : skieur en carton

PierreAvant de partir pour ce séjour, Pierre nous faisait comprendre qu’il savait skier et avait un niveau de 3ième étoiles. A peine chaussé, la gamelle fut pour Pierre : Evidemment ! La suite laisse à désirer … Madame Lainé savait très bien que cela allait être difficile.

Monté au sommet de la montagne, Pierre se pose des questions sur comment descendre mais SURTOUT comment ne pas tomber ?! Il tomba, il retomba … Mais le pire dans tout ça, c’est qu’il tombait à l’arrêt… Personne ne comprenait. Célia fut même obligée de lui donner un cours ! Un peu avant la fin, il commençait à bien se débrouiller même si les chutes étaient présentes !

Puis au repas : Etonnant ! Madame Lainé dit à Pierre qu’il ne fait plus partie de notre groupe mais celui du niveau inférieur…

Salomé Doisneau – Mélanie Lamande

Un après-midi de raquettes

SAMSUNG DIGITAL CAMERAOn s’est levé à 7h 45. Le réveil est dur mais je suis trop pressée d’aller en activité. On est ensuite parti chercher les clés pour la salle où notre veillée se passera ce soir, on a visité la salle, une grande et belle salle pour nous. On a installé ensuite les chaises pour ce soir on a pris des photos souvenir avec notre groupe, l’après-midi on aura rendez-vous pour la leçon de rackette.

12H35 on a pris les télécabines. Arrivés en haut, notre moniteur nous a expliquer comment mettre les rackettes et comment se servir du matériel. Une fois que nous avons mis les rackette on a commencé la marche. On est parti voir les chiens de traineaux et il nous a expliquer que les chiens ne s’occupaient pas que de faire des  virées en montagne mais qu’ ils faisaient aussi  plein d’autres activités toute l’année. On a vu aussi les petites huttes en bas des montagnes qui servent de protection en cas d’avalanche pour les skieurs ou randonneurs ; ces personnes se mettent dans ces petites huttes pour se protéger des chutes de neiges.

On nous a expliqué aussi comment les secours font pour retrouver les personnes sous la neige : ils ont des chiens qui sont expérimentés pour ce genre de cas, on les entraine en cachant leur jouet sous un tas de neige pour qu il puisse les retrouver avec leur flair car le flair des chiens est bien plus développé que celui d’un homme. Une fois qu’ils trouvent leur jouet, ils reçoivent une récompense pour leur faire comprendre que c’est très bien ce qu’ils ont fait et ce qu’ils doivent faire en cas de problèmes. 

Le moniteur m’a proposé d’ouvrir une fois la marche dans la montée d’une petite montagne. J’ai trouvé ça très dur et fatiguant car il faut assez d’appuis sur ses jambes pour pouvoir grimper ces montagne et l’air devient de plus en plus difficile à respirer car on prend de l’altitude ; on se sert des rackettes pour marcher quand il y a la neige qui tombe en grosse quantité ça nous permet  de garder un maximum de maintien en surface sur la neige car sans les rackettes, la neige nous arrive au niveaux des cuisses. Avec les rackettes elle nous arrive au cheville, on est aidé aussi par des bâtons de skis qui vont permettre de nous appuyer lors de la marche. Cette activité a été très fatigante mais géniale. Notre moniteur ‘’ Alain ‘’ a vraiment été très patient avec nous. Cela était une super journée avec le groupe.

Margot F.

 

Les canons à neige

canonUn canon à neige sert à produire plus de neige afin d’ouvrir le plus possible de pistes. Il y a un type de canon dans cette station : mono-fluide qui existe sous forme de buse en hauteur, au sol et ventilateur. L’air comprimé est fabriqué avec un compresseur. L’eau provient des lacs et l’électricité est apportée par des câbles situés dans les tranchées. Dans cette situation, il y a 46 canons à neige qui fonctionnent lorsque la température atteint -2°C à -3°C d’humidité pendant les heures creuses et surtout en fonction du temps. Un canon à neige a un prix situé entre 30000 et 35000 euros selon la marque et à un cout de 40000 euros de maintenance par saison, sa durée de vie est de 20 ans environ. Ils sont mis en place à partir de novembre pour chaque nouvelle saison. L’enneigement de la station est de 3500000 euros, le matériel et le personnel est payé par la station. Quatre personnes s’occupent de l’enneigement à l’année et trois à la saison. Un enneigeur est dangereux, surtout à cause des hélices, donc il faut exercer ce métier avec précautions. La neige artificielle a des cristaux différents par rapport à la neige naturelle, et elle est plus dense et plus résistante. Cela ne nuit pas à l’environnement, même si la neige met plus de temps à fondre donc la pelouse pousse plus lentement. De plus, si la neige artificielle arrive dans notre bouche par erreur, il n’arrivera rien de grave !

Salomé DOISNEAU – Mélanie LAMANDE

1er jour de ski

Nous devons faire un article parce que nous avons été dans la chambre des garçons après 22h30 alors que nous n’avons pas le droit d’y  mettre les pieds. Mme Doucet et Mme Lainé, nous ont surprises à minuit et demie. Nous avons aussi été  privées de quartier libre.

Aujourd’hui, lundi, nous avons appris avec les moniteurs les bases : à se relever avec nos ski, c’était marrant parce que des personnes, quand elles  se relevaient, elles glissaient et retombaient. Nous avons aussi appris à mettre nos skis en chasse-neige. Les moniteurs  ont été beaucoup patients. On a essayé de descendre des pistes sans bâtons mais c’était compliqué. On s’est servi des tire-fesses et beaucoup n’avait pas compris qu’il ne fallait pas s’asseoir dessus mais se tenir. Il y a donc eu beaucoup de « gamelles »   au milieu des tire-fesses. Nous nous sommes aussi servis  des télécabines pour monter jusqu’aux  pistes qui nous étaient attribuées. Les télécabines étaient impressionnantes, on voyait le vide et quelques personnes ayant le vertige criaient. Cela donnait  des frissons.  Sur la piste verte, il y a  eu une blessée. Les secouristes sont venus la chercher. Plus de peur que de mal juste une entorse au genou !! Les personnes n’ayant pas de bonnet ont vite eu leur chevelure transformée en glaçon (y compris les professeurs !!!) La neige collait sous les skis. Cela en a surpris quelques-uns qui s’arrêtaient net au milieu des pistes. Effet domino garanti !!!

Ceux  qui  étaient à la marche sont allés  voir les chiens de traineau. Ils vont faire cette  activité  jeudi. Cet  après-midi,  ils sont repartis  faire de la marche.

Hâte d’être à demain pour de nouvelles aventures !  

Nous avons oublié de préciser que cet après-midi il a beaucoup neigé.

Aurélie D, Alissone, Clémence, Océane B.Thomas, Nicolas, Alexane, Vincent, Guillaume L. et Camille

En direction d’Orcières

6h30 du matin, tout le monde au rendez-vous bon pied, bon œil ! Après quelques larmes échangées entre parents et élèves, c’est le grand départ en direction d’Orcières! Voyage sans encombres et dans une bonne ambiance, découverte des sommets enneigés. Notre petit monde est arrivé à l’heure prévue, a pu s’installer dans les appartements avant le diner, puis retrait du matériel de ski avant une bonne nuit.Quelques passagersParents attentifs au départ